Comment choisir vos chaussures


Le printemps arrive à grand pas… les jours rallongent et tranquillement la température se réchauffe. C’est alors que pour la plupart des gens, les pensées se tournent vers la course à pied de nouveau. Que ce soit pour un 20 minutes journalier en solitaire ou le désir de réaliser un nouveau record personnel au marathon, pour plusieurs la première étape de ce nouveau début de saison est l’achat d’un nouvel ensemble de course, surtout les chaussures!

Je me rappelle de ma première visite dans une boutique spécialisée en course à pied. C’était comme d’aller dans un magasin de bonbons, il semblait y avoir toutes les saveurs de souliers de course mais avec l’aide d’un de leurs spécialistes sympathique j’ai su trouver chaussure à mon pied.   

Avec un si grand choix de chaussures sur le marché, j’ai demandé à 3 spécialistes leur conseil sur comment choisir la bonne chaussure selon le type de course (route, triathlon, trail).

Choisir une chaussure de route
Par Alexis Lussier, gérant chez Boutique Course & Cie

Premièrement, le confort est le critère numéro un. Il doit passer devant tout le reste.  Pour ce qui est du côté technique, il faut privilégier une chaussure flexible et respirante. La chaleur du pied sera bien évacuée, évitant les problèmes de frottement lié aux pieds moites. Par exemple, Gore-Tex est super entre l'automne et le début du printemps, mais serait vraiment trop chaud pendant l'été!

Je crois qu’il est important d’y aller en fonction des objectifs. Par exemple, je privilégierais une chaussure plus légère, donc probablement avec moins de coussin pour des intervalles ou une courte distance. Pour de plus longues distances, autant en entrainement qu’en compétition, un soulier plus confortable avec plus d’absorbtion serait mon choix. Le poids est aussi à considérer puisqu’il faut transporter chaque gramme supplémentaire. Il faut trouver la balance entre poids et confort.

Et pourquoi, choisir une chaussure de course sur route dédiée à la route plutôt qu’une chaussure de sentier pour être capable d'aller partout?

La réponse se trouve dans la stabilité et la semelle:

  • La chaussure de route est faite pour aller vers l’avant dans un mouvement répétitif. Sur le marché, on retrouve des chaussures de route dans une gamme variée de niveau de flexibilité : raide, coussinée et avec anti pronateur (qui joue un rôle important dans l’alignement des pieds et, par conséquent, des jambes) jusqu'à des chaussures trés minces et flexibles pour avoir une sensation plus « naturelle ». L’anti pronateur n'existe presque pas dans les modèles de chaussures pour sentier et ils sont souvent plus raides pour protéger le pied contre les roches et les surfaces plus variables.

Brooks Ravenna avec stabilité

  • Le deuxième aspect est la semelle externe des chaussures. La chaussure de sentier est plus molle avec des crampons agressifs, ce qui la fera fondre plus rapidement lors d’une utilisation sur route, tandis que la chaussure de route a une bonne traction sur l'asphalte, le béton et les chemins de gravier et devrait durer entre 400 et 800 km sur ces surfaces dures.

 

Saucony Guide avec une semelle pour route

Choisir une chaussure de course pour le triathlon
Par Paul Lavoie, athlète et coach de triathlon

En triathlon, c’est bien souvent à la course à pied que la différence se fait entre gagner ou perdre la course, battre son record personnel ou non. Le triathlon est un sport où chaque détail compte pour arriver à sa meilleure performance. Mais d’abord, il faut s’assurer de bien maîtriser les bases et à la course à pied, les bases sont les chaussures.

Ce que je recherche c’est la parfaite balance entre la vitesse et le confort. Lorsque je fais du triathlon courte distance (750m nage – 20km vélo – 5km course) la balance penche davantage vers la vitesse donc je recherche un soulier plus léger, plus ferme et plus près du sol.

Lorsque je fais un triathlon moyenne distance (1,9km nage, 90km vélo – 21.1km course) ou même un Ironman, la balance penche vers le confort, sans toutefois compromettre la vitesse. Comme la distance de course à pied est plus grande, la fatigue musculaire peut jouer un plus grand rôle donc l’absorption doit être optimale tout en gardant des bonnes sensations au sol. Dans ces conditions, mon choix se porte vers une chaussure avec un peu plus d'absorption. C'est quand même possible d'avoir une inclinaison identique aux chaussures plus adaptées pour la courte distance, donc il n’y a pas une grande différence de sensation et pratiquement pas d’impact sur ma technique de course.

Les incontournables :

  • Les lacets élastiques, qui me permettent de pouvoir faire la transition vélo-course à la vitesse de l’éclair, d’enfiler mes souliers sans aucune perte de temps, garder une tension parfaite à tout coup et surtout me permettent d’avoir la tête tranquille car je sais qu’il n’y a aucune chance qu’ils ne se détachent.
    • Une alternative aux lacets élastiques est le nouveau système BOA. Ce système de serrage a fait ses preuves sur d'autres types d’équipement comme les bottes de planche à neige et donne un bon confort. Avec le système BOA, la pression est distribuée uniformément sur le pied (sans point de pression) et, en plus, ce système est d’une grande rapidité… on tourne le disque jusqu’au serrage désiré et le tour est joué!

New Balance Sonic avec le nouveau systeme BOA

  • Une boucle ou poignée sur le talon pour aider à enfiler la chaussure plus rapidement.

Sketchers GoRun avec 'Quick fit'

Choisir une chaussure de trail
Par Audrey Larroquette, co-propriétaire Boutique Course & Cie et présidente du Club de trail de Bromont

Vous avez décidé de découvrir la course en sentier?  Quelle merveilleuse idée!  Quoiqu’une chaussure spécifique ne soit pas essentielle pour explorer quelques fois par année les sentiers, votre plaisir et votre sécurité augmenteront radicalement une fois chaussés de manière adaptée.  Quelles sont les caractéristiques d’une bonne chaussure pour la course en sentier?  Voici les éléments clés à considérer :

Le crampon a pour fonction de prévenir les glissements dans toutes les directions. 

  • Agressif : sol mou, glissant à cause de l’humidité du sentier (la boue!) ou des petits cailloux instables qui roulent sous vos pieds dans les pentes. Exemple : Salomon Speedcross / Saucony Peregrine.

Salomon Speedcross avec son crampon aggressif

  • Régulier : sol plutôt stable, gazon, sentiers plats ou sentiers secs sans obstacle instable.  Ce type de crampon offre un plus grand contact de la semelle avec le sol et augmente la stabilité.  Exemple : Salomon Sense Ride.

La semelle sert à protéger votre pied et procure l’absorption désirée.

  • Semelle coussinée : pour courir longtemps et garder un confort constant. Permet d’absorber une partie de l’impact de la course.
  • Semelle mince : plus grande proprioception du relief du terrain. Sensation de course minimaliste.  Peu d’absorption. 
  • Plaque de protection : Souvent faite d’un composé souple, mais très résistant, elle sert à protéger des ponctions causées par les obstacles pointus. Une option de sécurité qui ne doit pas enlever de flexibilité à la chaussure.

L’empeigne est la partie souple qui recouvre le dessus du pied.  Elle inclut la languette de la chaussure.  Elle doit bien tenir votre pied, sans le comprimer.

  • Empeigne souple en filet (mesh) : légère, respirante, souple. Parfaite pour les amateurs de vitesse et pour une sensation de liberté naturelle.  Peu de protection, attention si vous faites des courses avec beaucoup d’obstacles.  Exemple : Brooks Pure Grit.
  • Empeigne de toile : résistante, respirante, structurée. Soutiendra le pied, résiste aux déchirures.  Pour une chaussure qui vous suivra dans les aventures un peu plus folles que d’ordinaire.

Avant de jeter votre dévolu sur une chaussure, réfléchissez :

  • Sur quelle surface courez-vous principalement?
  • Aimez-vous sentir le relief du sol?
  • Combien de kilomètres espérez-vous mettre dans vos chaussures avant de les changer?

Les coureurs de route qui font la transition vers la trail ou ceux qui pratiquent un mélange des deux auront avantage à choisir une chaussure ayant des caractéristiques ressemblant à leur chaussure de route favorite en frais de pente (drop), absorption et largeur.  À garder en tête lors de l’achat, votre chaussure de trail doit avoir un dégagement à l’avant du pied pour éviter les ongles noirs à force d’impact en descente (on choisit souvent un demi-point plus grand que pour la course sur route).

 

Et voila, en conclusion on peut voir certaines similarités dans les caractéristiques des chaussures mieux adaptées pour la vitesse ou l'endurance mais des différences selon le type de terrain et même la façon (plus précisément la vitesse) de les enfiler sur nos pieds.  

Aussi, les différentes caractéristiques sont rarement reliées aux marques de chaussures mais plutôt à la catégorie (type) de chaussure. Chaque marque de chaussure offre un « fit » un peu différent et l'avantage de visiter une boutique spécialisée en course à pied est de pouvoir essayer plusieurs modèles de plusieurs marques différentes pour trouver celui qui est le plus confortable pour nos pieds à nous!

 

 


Laissez un commentaire